Choissez votre année ci-dessous

L'Agenda du 54e Festival - The Festival diary

Le Palmarès

Tous les Films - All the films

54e Festival International du Film
du 9 au 20 mai 2001

Après s'être félicité des choix du jury (Moretti, Haneke), avoir regretté les oublis majeurs concernant la sélection made in France aussi bien pour certains films que pour leurs interprètes (Rivette/Balibar, Dupeyron/Caravaca, Khan/Cassetti, Oliveira/Piccoli), déploré la rareté des récompenses (une seule Caméra d'Or pour vingt-quatre premiers films), le festivalier émerge d'un univers aussi proche qu'étrange, construit sous ses yeux en douze jours par près de cent histoires de cinéma.

Des personnages particulièrement marquants se dessinent, servis par autant d'interprétations remarquables : Stefano Casseti, alias Roberto Succo, le tueur fou ; Billy Bob Thornton, inquiétant coupeur de cheveux des Coen brothers ; Drea Dematteo, épouse, mère et dealeuse chez Abel Ferrara ; Jack Nicholson, que Sean Penn a su dépouiller de ses excès ; Dora van der Groen, la craquante Pauline de Paulette ; Michel Piccoli, flamboyant Gilbert Valence qui rend les armes.

Celui-là fait partie des "vieux" plutôt réjouissants de ce festival et qui ne s'en laissent pas compter. Ainsi L'homme qui marchait dans la neige (Ogata Ken) et entretenait savamment le doute sur son niveau de sénilité ; ainsi Victor Argo, à qui Amos Kollek offre grâce à Queenie une seconde jeunesse.

Toujours avec le même Piccoli, nous suivons le fil du théâtre : Shakespeare et Ionesco pour lui, Pirandello pour Sergio Castellitto et la superbe Camille de
Va savoir, Tchekov pour la belle Chiara Mastroianni, perfectionniste à la ville comme à la scène dans Le parole de mio padre ; sans oublier les succès ou échecs sur les planches du duo féminin de La répétition (mention spéciale à l'introvertie Pascale Bussières).

Il y eut d'autres duos mémorables, doubles duos pour Betty/Diane (Naomi Watts) et Rita/Camilla (Laura Elena Harring) propulsées dans Mulholland Drive par David Lynch, anormalité dérangeante pour Erika et Walter disséqués par Michale Haneke, histoire d'amour très particulière de Clément, signée Emmanuelle Bercot.

Il y eut aussi de formidables trios et deux formidables huis clos. Dirigés par Doillon, ils sont Fred, Sylvia et Alex et tentent de redresser un cap
Carrément à l'ouest. Carrément foutu est en revanche l'avenir – et la gueule – de ceux de La Chambre des officiers.

Plus ou moins bien refermées, d'autres cicatrices posent l'interrogation du lendemain d'une terre détruite (Domani), du vécu d'un frère perdu
(Pau et son frère) ou du sentiment d'être passé à côté de l'essentiel (Amour d'enfance).

Un mal-être qui devient envahissant et se concrétise dans l'alcoolisme
(La Femme qui boit), se perd dans les désillusions et la fatigue (Le Pornographe), explose dans la cinématographie asiatique (Distance, Desert Moon, Millenium Mambo…) : symboles de la communication d'aujourd'hui et de ses frustrations, certains portables s'offriront d'ailleurs quelques belles valdingues. On a mal à son âme avec Martha, mal à son corps avec La Pianiste

La passerelle pour le domaine de l'absurde est toute proche : absurde de l'american way of life (Storytelling), mais encore et toujours celui de la guerre (No man's land, La Chambre des officiers), de l'intégrisme soft (Fatma) ou hard (Kandahar), de la peine de mort (Made in the USA), des régimes politiques (Slogans, Taurus), de la misère (Bolivia). Avec cet extrême dans le non-dit que seul Claude Lanzman a su et sait faire parler (
Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures).

A l'échelle d'une famille, Nanni Moretti fait de la souffrance et du deuil un film d'une irréprochable justesse dans La Chambre du fils.

Mais, parce qu'il faut aussi savoir en rire, il arrive que le cinéma ne se prenne pas au sérieux et s'offre le plaisir de détourner le drame des pauvres gens (Moulin Rouge), l'introspection de nos égos (Human nature) ou encore l'étrangeté de nos relations amoureuses (De l'eau tiède sous un pont rouge).


Marie-Jo Astic