Choissez votre année ci-dessous

Palmes d'or et récompenses : 1946-2013 l Le Palmarès
Festival 2013 l Qui sommes-nous ? l L'équipe de CinémaS
TOUS LES FILMS DE CANNES 2013

     
Festival de Cannes semaine de la critique

 

     

LA PALME D'OR DU FESTIVAL DE CANNES 2013

La Palme d'or du 66e Festival de Cannes a été attribuée à La Vie d'Adèle - chapitre 1 & 2, réalisé par Abdellatif Kechiche, avec Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux.

Lire tout le Palmarès : ICI

 

COMMENT COMPRENEZ-VOUS QU'IL MANQUE QUELQUE CHOSE AU CŒUR ?

C’est en passant par La Vie de Marianne que nous croisons La Vie d’Adèle, adolescente en manque de cet éblouissement qu’elle trouvera dans les bras d’Emma. Elle aussi du haut de ses 17 ans, la Jeune et jolie Isabelle prend conscience des possibles de son corps. C’est en passant par la Lunchbox que s’écrit le plaisir et se révèle pour Ila et Saajan l’envie de se rejoindre. Aimer pour apprendre à mieux s’aimer soi-même, la thérapie s’accomplit dans l’éclat de rire pour Guillaume (Les Garçons, Guillaume, à table !), dans la tendresse pour Henri et au-delà du drame pour Ewa (The Immigrant).

Certaines névroses font pourtant de la résistance : radicalement pour Esther et Sally, débarquées en province pour une enquête Tip Top ; douloureusement pour Louise et son obsession de maternité (Un château en Italie) ; singulièrement pour Marina sous l’influence dirigiste de Borgman ; insidieusement pour le metteur en scène Thomas, splendidement manipulé par Vanda, La Vénus à la fourrure. Tout ici est affaire de prise de pouvoir.

La manipulation devient expérience aux mains du psychanalyste Devereux, qui dispense sa science aux bons soins de l’Amérindien Jimmy P. Elle confine au pire lorsque le physicien Helmut Rolf, alias Mengele, perpétue en Argentine ses expérimentations morbides sur le corps humain (Wakolda)… sans le moindre état d’âme.

Tandis que de toutes parts, la culpabilité et les excuses se crient ou se murmurent. La question prégnante reste alors de savoir qui, exception faite d’un hypothétique Dieu (Only God forgives), doit pardonner : le capitaine Ali pour les blessures que l’apartheid lui a laissées en héritage (Zulu) ; la mère d’Oscar pour l’assassinat de son fils (Fruitvale station) ; Michael Kohlass pour l’injustice flagrante qu’il a subie et le deuil de sa femme ; Baran, autre combattant déterminé, pour les persécutions dont est victime Govend (My sweet Pepperland). Et, dans la fratrie Chris / Franck, lequel des deux doit-il vraiment pardonner à l’autre (Blood ties) ?

Comparés à ceux du cœur, ces fameux liens du sang ne suffisent d’ailleurs pas forcément à faire un père (Tel père, tel fils). S’ils restent à toute épreuve pour le père de Suzanne, tout comme pour celui de Marie et Frédérique (Le Démantèlement), ils ont incontestablement du plomb dans l’aile pour le géniteur de Saul (A strange course of events) et pour le vieux Woody Grant vis-à-vis de ses deux fils (Nebraska).

À l’instar de La Fille du 14 juillet et de ses potes déjantés ou encore de Llewyn (Inside Llewyn Davis) refusant de sacrifier au système, nombre de films ont beau marteler qu’il n’y a pas que l’argent dans la vie, celui-ci continue de mener le monde : il parvient à déchaîner la folie meurtrière par Web interposé (Shield of straw) ; sa disparition entraîne inéluctablement Mme Li de l’autre côté de la frontière (Bends) ; son manque condamne Grigris à la misère et aux expédients.

Bien nommé nerf de la guerre aux mains des mafias, l’argent a pour compagnons de route les trafics crapuleux et corruptions diverses, affublés d’une violence de plus en plus cruelle : au Mexique (Heli), à Palerme (Salvo), à Bombay (Ugly). En France, les forces du mal s’insinuent sous les illusoires combinaisons de protection des sacrifiés au tout nucléaire de Grand Central.

Face aux monstres que nous créons, la civilisation est sur la sellette, dont A touch of sin donne une version chinoise sans concession, tandis que l’Europe de La Grande Bellezza oscille entre fatalisme opportuniste et nostalgie et que l’Amérique continue de se réfugier sous ses paillettes illusoires (Behind the Candelabra).

Ce temps qui passe, on peut vouloir le remonter (The Great Gatsby), sachant pourtant que rien ne pourra effacer son œuvre (Le Passé). Alors mieux vaut lutter pour le vivre le plus dignement possible (All is lost) que de tenter de lui survivre à n’importe quel prix (Only lovers left alive).

Marie-Jo Astic

 

FESTIVAL 2013 : LES AVIS À CHAUD DE LA RÉDACTION

COMPÉTITION OFFICIELLE
Gatsby le Magnifique - HC
Récit envoûtant, mise en scène grandiose, casting honorable, Baz Luhrmann tire tous les partis que lui offre un matériau fait sur mesure pour en mettre plein les yeux. Mais, bémol important, nul n’était besoin pour cela d’une 3D visiblement toujours pas au point [...] : Lire l'intégralité de la critique : ICI
Heli
Sec, austère et sans concessions, ce film au ton glauque pourra heurter par sa violence et sa noirceur poisseuse mais le ton est incisif. Possible prix du Jury ou de la mise en scène. Lire la critique : ICI
Jeune & jolie
Un bijou de délicatesse et de finesse narrative, fidèle à l'art d'Ozon. Possible prix d'interprétation féminine pour Marine Vacth et Géraldine Pailhas ou prix du scénario. Lire la critique : ICI
A Touch of sin
Allégorie appuyée sur la société chinoise, le récit ne dépasse pas le niveau de l'honnête film de festival. Mais on peut être séduit par ce style dépouillé. Possible prix du Jury ou de la mise en scène. Lire la critique : ICI
Le Passé
Dans la lignée des précédents films de son auteur, une œuvre forte, fidèle à la thématique des culpabilités en trompe-l'œil chère au cinéaste. Possible Palme d'or, Grand Prix, prix de la mise en scène ou prix du Jury. Un prix d'interprétation peut aussi distinguer Bérénice Bejo, Tahar Rahim ou Ali Mosaffa. Lire la critique : ICI
Tel père, tel fils
Beau récit et réflexion tant pertinente qu'émouvante sur les liens de parenté. Un sommet d'émotion contenue, possible prix du scénario ou prix du Jury. Mais une Palme d'or n'est pas exclue. Lire la critique : ICI
Jimmy P.
Fidèle au style entomologiste et à l'univers de Desplechin, ce huis-clos psychanalytique ne manque pas de profondeur en dépit de longueurs. Possible 2e prix d'interprétation masculine pour Benicio Del Toro. Lire la critique : ICI
Inside Llewyn Davis
Mineure dans la filmographie foisonnante et déjantée des frères Coen, cette comédie n'en reste pas moins divertissante et subtile. Possible prix d'interprétation masculine pour Oscar Isaac. Lire la critique : ICI
Borgman
Humour noir et absurde sont l'image de marque du cinéaste néerlandais. Après une première heure brillante, le film s'essouffle un peu. Au mieux un (petit) prix du Jury si celui-ci est sensible à son ton décalé. Lire une critique d'un autre avis : ICI
Shield of Straw
Bon polar, bien rythmé, et d'une féroce dénonciation sociale. On regrettera juste la forme un peu classique. Possible prix du Jury. Lire la critique : ICI
Un château en Italie
Le meilleur film de Valeria Bruni Tedeschi, dont la petite musique semi-autobiographique distille un charme et une émotion de cinéma. Possible prix du Jury ou prix d'interprétation féminine. Lire la critique : ICI
La Grande bellezza
Sorrentino retrouve son univers baroque et décalé dans cette chronique romaine sarcastique qui souffre juste de quelques longueurs. Possible prix d'interprétation masculine pour le truculent Toni Servillo. Lire la critique : ICI
Grigris
Un conte africain un peu terne, qui ne permet de retrouver que partiellement la patte de son auteur. Lire la critique : ICI
La Vie d'Adèle
3 heures jubilatoires, qui constituent un véritable bonheur de cinéma intimiste. Après ses deux César, Kéchiche peut prétendre à la Palme d'or, un Grand prix, un prix de la mise en scène, ou un double prix d'interprétation féminine pour Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux. Lire la critique : ICI
Nebraska
Un road movie attachant sur les liens intergénérationnels, mais un académisme consensuel et un portrait un peu méprisant d'une certaine Amérique. Prix d'interprétation masculine possible pour Bruce Dern. Lire la critique : ICI
Only God forgives
Polar distancié et glacé, d'une attractivité visuelle sidérante. La Palme d'or idéal d'un jury audacieux ou un Grand prix évident. Kristin Scott Thomas pourrait aussi obtenir le prix d'interprétation féminine pour son second rôle. Lire la critique : ICI
The Immigrant
Un beau mélodrame historique et policier pour James Gray, dont on espère qu'il remportera enfin un prix à Cannes. Il peut ici prétendre à la Palme d'or, le prix de la mise en scène, ou le prix d'interprétation masculine pour Joaquim Phoenix. Lire la critique : ICI
La Vénus à la fourrure
Polanski tend de plus en plus vers l'épure avec cette brillante adaptation littéraire qui sous son vernis consensuel reste fidèle à son univers. Un prix du Jury ou un prix d'interprétation féminine pour Emmanuelle Seigner sont possibles. Lire la critique : ICI
Michael Kohlhaas
Ce drame historique souffre d'une facture télévisuelle qui limite la portée de son intérêt. Lire la critique : ICI
Ma vie avec Liberace
Biopic enlevé et agréable, qui révèle une note de fantaisie inhabituelle dans la filmographie de Soderbergh. Un double prix d'interprétation masculine pour Michael Douglas et Matt Damon est possible. Lire la critique : ICI
Only lovers left alive
Jarmusch s'égare dans cette variation romanesque et rock autour du thème de vampire. Un pétard mouillé. Lire la critique : ICI
Zulu - HC
Ce polar racoleur apologie de l'autodéfense et d'une démagogie hallucinante est l'un des plus gros ratés du Festival. Lire une critique d'un autre avis : ICI
UN CERTAIN REGARD
The Bling Ring
Fidèle à son style élégant et au thème de la déliquescence de l'adolescence, S. Coppola brosse portrait au vitriol d'une certaine Amérique. Lire la critique : ICI
L'Inconnu du lac
Débuté comme un Rohmer estival en milieu gay, le film dévie très vite vers le suspense policier et psychologique. Une grande réussite. Possible prix Un certain regard. Lire la critique : ICI
Bends
Un premier film estimable, fin portrait psychologique, aux ellipses subtiles mais manquant un peu d'audace. Possible prix d'interprétation féminine pour Carina Lau. Lire la critique : ICI
SÉLECTION OFFICIELLE HORS COMPÉTITION
Monsoon Shootout
Une histoire policière incompréhensible pour un exercice de style narratif privilégiant le montage choc. Lire la critique : ICI
Bite the Dust
Un film d'école créatif mais un peu vain. La réalisatrice rend un hommage trop appuyé à ses références de cinéma. Lire la critique : ICI
Le Dernier des injustes
Un documentaire passionnant où l'on retrouve les qualités de Shoah. Devrait subjuguer les cinéphiles autant que les passionnées d'Histoire. Lire la critique : ICI
QUINZAINE DES RÉALISATEURS
Tip Top
Une fantaisie policière laborieuse dont l'orginalité de ton laisse vite place à la platitude d'un scénario faussement caustique et au surjeu de ses deux actrices. Lire la critique : ICI
SEMAINE INTERNATIONALE DE LA CRITIQUE
For those in peril
Exploration d'un univers mental à partir du drame d'un harcèlement, voilà un premier film créatif et novateur qui ne démériterait pas pour la Caméra d'or. Lire la critique : ICI